vignette-actu-Brexit

Brexit : Peu de progrès dans le cycle des négociations !

Publié le 18/06/2020
Modifié le 11/08/2020 à 13:04

A la fin d’un nouveau cycle de négociation à Londres Michel Barnier a déclaré qu’il était “peu probable de trouver un accord avec le Royaume -Uni”.

 

Les deux sujets majeurs d’achoppement concernent la pêche et les conditions de concurrence équitable. A la fin juillet, un accord n’a toujours pas été trouvé.

Les Européens considèrent que nous nous dirigeons vers un BREXIT « sans accord » au 1er janvier 2021. Les échanges commerciaux entre le Royaume Uni et l’Europe seront alors soumis aux règles de l’OMC. Angela Merkel, la chancelière allemande, avait indiqué le 1er juillet 2020 à plusieurs médias européens que le Royaume-Uni devra “assumer les conséquences” d’une relation économique moins forte avec l’UE à l’issue du processus du Brexit.“ Si le Royaume-Uni ne veut pas de réglementation comparable à celle de l’Europe en matière d’environnement, de marché du travail ou de normes sociales, nos relations perdront en intensité”, a-t-elle notamment déclaré.

Depuis le 13 Juillet, le gouvernement Britannique a lancé une campagne d’information « Check, change and go ! » qui encourage les Britanniques à prendre connaissance des modifications qui vont survenir à partir du 1er janvier prochain. Nécessité de disposer d’un passeport valide pour se rendre en Europe, nouveaux forfaits téléphoniques en Europe, numéro d’identification unique pour les douanes, déclarations en douane des importations et exportations. Le gouvernement britannique a déjà indiqué qu’au premier semestre 2021, les entreprises britanniques achetant des produits dans l’UE (hors alcool et tabac) devront ainsi tenir un registre de leurs importations, mais bénéficieront d’un délai de  six mois pour en faire la déclaration aux douanes, et en payer les droits.

En parallèle, le gouvernement Britannique vient de procéder à l’achat d’un terrain de 11Ha dans le KENT qui servira de parking pour résorber les embouteillages des camions se rendant à Douvres.

Des accords commerciaux ont été signés avec une vingtaine de pays et le Royaume-Uni est actuellement en discussion avec d’autres gouvernements, notamment les Etats-Unis, le Canada et le Japon. Cependant des divergences persistent entre les autorités dirigeantes, et n’ont pour l’instant pas rendu possible la signature de grand accord de libre-échange.

Sur le plan financier, le Royaume-Uni a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec la Suisse. L’objectif étant de conserver l’accès réciproque aux deux marchés même après une sortie de l’UE.

Ces différentes actions témoignent donc de la prise en compte par le gouvernement de la probabilité d’un « non accord » et donc de la mise en place des mesures les plus restrictives, y compris concernant l’accueil des Européens désirant travailler au Royaume-Uni.

 

Dossier thématique Brexit