Mis à jour le 25/04/2022

Pascal Hiéronimus, prestataire agréé de BCI à Kiev et dirigeant de Est Expansion, société implantée en Ukraine depuis près de 25 ans et spécialisée dans le développement d’entreprise française en Ukraine, propose aux entreprises bretonnes une veille de l’activité économique et business en Ukraine depuis le début du conflit.

Est Expansion se réorganise depuis l’invasion russe et propose cette note afin de partager son expérience et sa vision du terrain sur les dernières semaines, les évolutions de l’activité économique et des opérateurs en Ukraine depuis l’invasion russe.

 

TRANSPORT ET LOGISTIQUE

Les premières semaines de conflit étaient marquées par une désorganisation totale du secteur du transport routier avec un quasi-arrêt des transport nationaux et internationaux. Ceux-ci ont repris petit à petit pour arriver à une situation satisfaisante pour assurer les transferts de marchandises internationaux y compris. Les chauffeurs ukrainiens disposent d’autorisations spéciales permettant de quitter le territoire ukrainien pour raisons professionnelles, ce sont principalement les camions immatriculés en Ukraine et des chauffeurs ukrainiens qui assurent le transport transfrontalier.

Des informations actualisées sur la situation et le temps d’attente aux points de passage frontaliers sont disponibles sur le lien : https://kordon.customs.gov.ua/en

Le transport maritime est totalement bloqué sur tous les ports de l’Ukraine, même pour les ports en territoire non occupé qui sont coupés des voix maritimes contrôlées par l’armée russe. La reprise sera longue même après la fin du conflit, les eaux territoriales étant remplies de mines à la dérive.

Les communications aériennes sont coupées depuis le premier jour de guerre.

Le transport ferroviaire permet d’expédier des produits par la Roumanie et la Pologne principalement.

 

IMPORT/EXPORT

Les niveaux d’importation et d’exportation ont considérablement baissé, pas de statistique disponible significative à ce stade. Une grande partie du mois de mars a été marquée par un arrêt quasi total des importations en Ukraine.

Du coté des fournisseurs étrangers de l’Ukraine, beaucoup ont décidé le 24 février de stopper les fabrications des commandes pour l’Ukraine.  Ceci a créé des délais importants de retard chez les clients, les fournisseurs ayant entre temps revu les conditions de paiement de la marchandise pour réduire leur risque.

 

Pour aller plus loin : 

Ukraine : Contexte et impact macro-économique depuis le début de l’invasion russe

Directives et mesures de soutien à l’économie par le gouvernement ukrainien

Impact du conflit sur la filière agricole locale ukrainienne