Mis à jour le 11/01/2022

Des rebonds qui ne profitent pas à tous les secteurs

D’après les données publiées par Eurostat, les prévisions de l’Italie anticiperaient une hausse de + 24 % pour ce qui est des importations sur les 3 premiers trimestres de 2021 par rapport à la même période en 2020, tandis que les exportations régionales n’ont repris “que” de + 7 % en parallèle.

Les exportateurs bretons ont pâti de la situation de crise traversée par l’Italie l’an passé et tendent soit à subir une demande qui reste en berne dans certains secteurs, soit à avoir perdu des parts de marché face aux rebonds d’importations sectorielles sur lesquelles ils détenaient des positions fermes jusqu’à présent. Cela se ressent notamment pour les viandes, 1er poste à l’export vers l’Italie, qui en est le 2e client et dont la demande poursuit sur une pente à la baisse cette année, ainsi que les produits laitiers, l’alimentation animale, les ingrédients et plats élaborés, ou surtout l’automobile, qui a vu la demande italienne chuter du rang de 2e client en 2019 à 6e sur les 3 premiers trimestres de 2021. Sur une note plus positive, d’autres secteurs affichent des progressions solides sur le marché italien, tels la pharmaceutique et les intrants agricoles qui accélèrent à nouveau cette année, ainsi que les matériels médicaux, dont l’Italie est désormais le 1er client, ou les matériaux de construction.

La tendance est également favorable pour la mécanique, la plasturgie, la métallurgie, les équipements agricoles, le numérique, les minerais, la BVP et la mode, qui rebondissent vigoureusement et pourraient retrouver leurs niveaux d’avant-crise, voire les dépasser, ou encore les produits de la mer, qui retrouvent progressivement le chemin de la croissance après une chute drastique l’an passé. Enfin, les perspectives restent plus mitigées pour les produits de beauté, qui stagnent en Italie, leur 2e importateur, ainsi que pour les cultures et céréales, les fruits et légumes, le mobilier ou les boissons, qui tendent au ralentissement.

 

 

 

Accédez à l’article au complet