Mis à jour le 07/09/2018

En 2016, le secteur de la pêche russe était en hausse avec des prises sauvages de 4,67 MT à +5,6% par rapport à 2015, mais l’aquaculture russe ne représente que 4% de la production de poissons, alors qu’en Norvège, elle représente ~50%. La transformation du poisson se développe lentement en Russie car elle nécessite beaucoup d’investissements. De même, les flottes doivent être renouvelées bientôt. La Russie essaie d’augmenter ses exportations de poisson et de diminuer les imports déjà tombés à ~511 kTM en 2016.

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis