Mis à jour le 27/05/2021

Qui êtes-vous?

Diplômé d’école de commerce, après une double expérience dans le privé comme responsable export puis en chambre de commerce comme conseiller en développement international, Bertrand VÉLON a rejoint il y a vingt ans le réseau des missions économiques puis des bureaux Business France. A travers des expériences sur les 4 continents, il a occupé des fonctions d’expert et de manager dans les quatre grandes filières de l’économie française. Il est en poste au Japon depuis août 2019 où il occupe les fonctions de directeur adjoint Japon et Asie du Nord Est (Japon, Corée, Taiwan) au sein d’une équipe de 60 personnes.

 

Secteurs porteurs

Tous les secteurs sont porteurs dans ce pays développé, 3eme économie mondiale, de 125 millions d’habitants à haut niveau de vie. L’essentiel est de pouvoir proposer un produit ou service de qualité et différenciant soit par son histoire, soit par sa technicité, en sachant se placer dans une perspective de long terme.

Pratique des affaires

Quelques pistes à retenir lors de vos entretiens d’affaires au Japon :

Savoir être humble, précis, factuel, patient, respectueux, à l’écoute, dans le consensus, tenir ses promesses, ne pas en rajouter. Bien préparer son entretien etc.

Et bien en assurer le suivi.

Chercher à nouer une relation partenariale de long terme et harmonieuse, sans confrontation.

 

La situation post Covid

Vous être invités à consulter notre page : https://www.teamfrance-export.fr/bretagne/infos-pays-covid-19/JP sur la situation actuelle, remise à jour chaque semaine.

Forces et faiblesses du Japon

Forces Faiblesses
  • 3eme économie mondiale forte d’une population de 125 millions d’habitants à haut niveau de vie et une consommation intérieure élevée,
  • Marché très orienté vers le qualitatif offrant des marges élevées, créateur de tendance et servant de référence dans toute l’Asie pour une prospection ultérieure.
  • Haut niveau de respect des contrats et de la propriété intellectuelle
  • Excellente image de la France
  • Marché exigeant, ne s’adressant pas aux primo-exportateurs car nécessitant la plupart du temps une présence locale
  • Coût d’accès au marché élevé, compensé ensuite par les marges qui peuvent y être réalisées
  • Eloignement de la France qui rend plus compliqué le suivi pourtant indispensable. En profiter du coup pour aborder en même temps la Corée du Sud et Taiwan qui sont 2 marchés très similaires.
  • Le faible niveau d’anglais des Japonais, souvent sous-estimé.

Donner votre avis