Mis à jour le 24/06/2019

Dans le contexte du Brexit, les entreprises agroalimentaires bretonnes s’inquiètent des répercussions sur leurs activités, en particulier la Sica Saint-Pol-de-Léon, qui expédie 8 millions de têtes de choux-fleurs en Grande-Bretagne chaque année, et qui s’inquiète qu’une potentielle dévaluation de la Livre ne pousse ses concurrents anglais à produire davantage.

L’Europe, 3e marché mondial

Le duo Pays-Bas/Belgique, un hub commercial

L’Europe, marché prioritaire de la Sica St-Pol

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis