Mis à jour le 05/04/2022

La CNUCED, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, vient de faire paraître son analyse sur l’impact du conflit russo-ukrainien sur 3 secteurs particulièrement visés par les pays en voie de développement :

  • Les produits alimentaires de base
  • Le transport de fret
  • Impact direct sur les économies et les investissements potentiels

 

Quelques éléments mis en avant :

  • De nombreux pays émergents ou en voie de développement sont exposés à des ruptures d’approvisionnements de produits alimentaires ainsi qu’à une augmentation drastique des prix par leurs dépendances aux importations en provenance de Russie ou d’Ukraine (blé,  maïs, orge, colza, huile, graines de tournesol).

Parmi les pays les plus dépendants on retrouve la Turquie, la Chine, l’Inde, l’Egypte plus 15 autres pays mis en exergue sur une infographie compète proposée dans cette note.

  • Difficulté en matière de transport, la Russie et l’Ukraine se trouvant sur un axe Europe / Asie. Les routes commerciales sont fortement perturbées de même que l’espace aérien de la Russie. Or le transport maritime qui aurait pu compenser ces difficultés est encore engorgé et ne peut donc pas être une solution court terme. Sans compter l’augmentation du prix du fret, secteur déjà impacté par la crise sanitaire la CNUCED rappelant que la hausse des taux de fret durant la pandémie a généré en moyenne une augmentation  1,5 %  des prix pour les consommateurs dans le monde.
  • Les Economies émergents voient en parallèle leurs monnaies dévaluer et leurs dettes augmenter, conséquences de la fuite des capitaux (inflation galopante, augmentation des taux d’intérêt par les banques centrales etc. ). La CNUCED estime que les investissements se tourneront également plus facilement vers les énergies fossiles au détriment des ENR, la Russie étant le 2ème pays exportateur de pétrole.

Accédez à la ressource

 

Toutes les publications de la CNUCED ici