Mis à jour le 14/04/2021

Véritables outils de négociation commerciale, les Incoterms définissent la répartition des frais et des risques entre le vendeur et l’acheteur. Le choix des Incoterms s’avère déterminant afin d’identifier de façon précise les obligations réciproques.

A l’importance de bien choisir ses Incoterms, s’ajoute celle de la maitrise de ses transports à l’international. La mondialisation ouvre aux entreprises l’accès à des marchés éloignés, requérant la mise en place d’une organisation logistique fiable et performante.

Pour ce faire, le choix du mode de transport peut représenter un enjeu stratégique qui sera à mener en parallèle des négociations commerciales.

Comment choisir son mode de transport à l’international, appréhender les règlementations et limiter les risques ?

Hélène MOULLEC, dont la mission au sein de QUAY POINT SOLUTIONS est d’accompagner les entreprises dans l’optimisation et la sécurisation de leurs transports à l’international, est intervenue auprès des entreprises bretonnes dans le cadre d’un webinaire sur l’organisation et les solutions en transport maritime et aérien, sur l’évolution des risques et les préconisations en terme d’assurance ainsi que sur les notions clés des règles Incoterms® 2020.

 Que faut-il retenir de ce webinaire?

 

Retour de Monia Benrahal – Conseillère Internationale

Lors de ce webinaire, Hélène MOULLEC, Dirigeante de la société QUAY POINT SOLUTIONS à Quimper a apporté quelques éclairages sur les différents choix de moyens de transport à l’international, et plus précisément sur le transport maritime et aérien. Elle a ensuite fait un focus sur l’assurance transport et les Incoterms®.

Transport maritime

Le poids du transport maritime dans le commerce mondial représente 80% des échanges mondiaux. Le transport conteneurisé près de la moitié et a subi une très forte évolution depuis les années 2000 (entrée de la Chine dans l’OMC).

Ces évolutions ont impacté les délais, les coûts, la constitution des flottes.

L’experte a mis l’accent sur les approvisionnements des conteneurs (surtout depuis le début de la pandémie). Attiré l’attention sur les groupages et expéditions de faible volume tout en alertant également sur les règles contraignantes à connaître, mais aussi les franchises chargements, surestaries, les plombs haute sécurité… etc.

 

Hélène a aussi apporté une vue sur crise actuelle du transport maritime, notamment sur certaines zones. Un retour à une situation plus stable ne serait envisagé qu’à compter du 2nd semestre 2021.

 

Transport aérien

Avec 30 à 35% de part du commerce mondial, les valeurs transportées sont bien plus faibles que le maritime.

La majorité étant effectué sur des vols passagers et vols cargo ou affrétés.

Ces différents modes sont passés en revue et là aussi un état des lieux depuis la pandémie est dressé. Le bilan est grave. Ainsi, par exemple, des avions passagers (Boeing 777) ont été aménagés pour le transport des colis légers. La crise a joué à la faveur des compagnies Cargo alors que les compagnies traditionnelles éprouvent de grandes difficultés. Cela se retrouve au niveau des tarifs fortement impactés. L’IATA prévoit un retour à la « normale » en 2023.

 

Assurance transport

Mise en lumière de l’actualité sur certains évènements (cf. : Ever Given bloqué dans le Canal de Suez) prouvant que l’assurance est une notion primordiale en relation avec les Incoterms.

La spécialiste peint dans cette partie le tableau des principaux risques :

Risques dommages (pertes, vols…), risques environnementaux (accentués par le gigantisme des bateaux et les changements climatiques).

La spécialiste site pour exemple le cas du navire ONE qui en décembre 2020 a perdu 1 816 conteneurs en mer. Ce qui l’amène à traiter du sujet de l’avarie commune.

Elle précise qu’au niveau des Incoterms®, seuls les CIF et CIP font mention d’une assurance obligatoire à souscrire par le vendeur pour le compte de l’acheteur.

Son conseil en la matière : lorsque vous êtes responsable du transport prenez une assurance tout risque.

 

Incoterms®

Cette dernière partie du webinaire commence par un rappel des règles concernant les Incoterms® (responsabilités et obligations des parties).

Puis passe en revue les 2 groupes d’Incoterms®

Les multimodaux : s’appliquant lorsque le contrat couvre 1 ou plusieurs modes de transport : Terre/Mer/Air/Fer

Et

Les maritimes : concernant le vrac ou conventionnel, non adaptés aux marchandises conteneurisés (maritime ou fluvial)

A noter qu’il peut y avoir des variantes possibles à redéfinir dans le contrat commercial sur les frais et risques entre l’acheteur et le vendeur. Par exemple un Ex Works « loaded » ou un DDP « exclusive of VAT ».

Pour les USA, vigilance sur le FOB américain d’où l’absolue nécessité de bien mentionner FOB point de destination ICC 2020.

Pour finir à retenir que les Incoterms® ne règlent pas la question du transfert de propriété mais :

– Les responsabilités

– Les coûts (qui les prend en charge jusqu’au lieu de destination)

– Les risques (qui les supporte : pertes, vols, détérioration, etc…) jusqu’au lieu de livraison.

Qui fait quoi ? qui paye quoi ? qui est responsable de quoi ? à quelle étape du flux ?

Le conseil serait d’utiliser les nouvelles règles incoterms® pour les nouveaux contrats qui sont plus précis, comme par exemple dans le transport maritime dans le cas du transport vrac et conventionnel.

Accédez à la présentation complète

Donner votre avis