Mis à jour le 16/02/2019

D’après le ministre britannique de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, les pêcheries britanniques n’ont rien à craindre d’un Brexit dur. Elles verront leurs possibilités de pêche augmenter considérablement car le Royaume-Uni aura le contrôle de ses propres ressources. Il a également pointé que l’UE pêchait ~600 M£/an dans les eaux britanniques tandis que les pêcheurs britanniques ne prélèvent que 100 M£ dans les eaux européennes. Le Royaume-Uni cherche à conclure un accord de libre-échange pour l’agneau britannique, l’orge britannique et les produits de la mer.

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis