Mis à jour le 11/01/2022

Reprises progressives sur un marché majeur

D’après les données publiées par Trade Map, les prévisions concernant la valeur des importations espagnoles sur les 3 premiers trimestres de 2021 annonceraient un rebond estimé à + 20 % par rapport à la même période en 2020.

Après une baisse drastique l’an passé, la valeur des exportations bretonnes vers ce marché ne regagne de son côté “que” + 16 % au global jusqu’à présent, tandis que les exportateurs bretons tendent à afficher des pertes de parts de marché sur plusieurs secteurs entre 2019 et 2021 alors qu’ils étaient relativement bien positionnés auprès de ce client majeur.

Si la tendance reste sur cette lancée au dernier trimestre, seuls quelques secteurs pourraient afficher une croissance nette par rapport à 2019, tels/

  • la pharmaceutique,
  • les matériels médicaux,
  • le numérique,
  • la chimie,
  • les intrants agricoles,
  • les ingrédients et plats élaborés
  • ou les cultures et céréales,

et ce, malgré les rebonds observés dans les importations espagnoles de manière générale par rapport à 2020.

Ainsi, les viandes, les produits laitiers, la BVP, les produits de la mer, la mécanique, la plasturgie ou la métallurgie sont autant de secteurs pour lesquels la demande espagnole est restée +en berne en 2020.

Si leurs exportations affichent désormais des rebonds sensibles, c’est toutefois sans réellement pouvoir espérer des “retours à la normale” dès 2021 en l’absence d’accélérations plus notables d’ici la fin de l’année. Par ailleurs, à l’instar d’autres grands marchés européens limitrophes, les expéditions de l’automobile bretonne restent en berne en Espagne, leur 1er client, où la chute continue après un net coup de frein l’an passé. Certains secteurs dont les exportations avaient été soutenues en 2020 tendent par ailleurs à ralentir depuis le début de l’année, tels les équipements électriques ou l’élevage, tandis que la demande en alimentation animale reste à la baisse.

 

 

 

Accédez à l’article au complet