Mis à jour le 04/05/2022

Début avril, la Commission Européen a exprimé le souhait d’élargir une directive liée aux émissions industrielles et aux polluants afin de mieux contrôler la pollution.

A ce jour ce sont plus de 50 000 installations industrielles dans l’Union Européenne qui sont concernées par cette directive. Mais Bruxelles souhaite désormais étendre les mesures de prévention de la pollution aux élevages agricoles de plus de 150 unités gros bétail. Après adoption du texte, les élevages industriels auront 4 ans et les agriculteurs 3 ans pour se mettre en conformité.

En agissant ainsi, la Commission européenne espère couvrir 60% des émissions d’ammoniac (contre 18% actuellement) et 43% des émissions de méthane (contre 3% aujourd’hui).

En d’autres termes cela signifie une réduction de :

  • 128 000 tonnes / an pour les émissions d’ammoniac
  • 265 000 tonnes / an pour les émissions de méthane

Mais la grogne monte du côté des élevages agricoles, notamment les élevages bovins, qui reprochent le texte d’être trop simpliste et déconnecté de la réalité du terrain. Malgré un régime d’autorisation allégé, ce sont des milliers d’élevages familiaux qui s’en retrouveraient impactés et qui seraient mis en danger, selon divers organismes tels que la FNSEA, la FNPL, la FNP, la FNB, et la CFA.

Accédez à la ressource