Mis à jour le 18/01/2022

En août 2021, le gouvernement chinois a mis en place une série de réglementations freinant le secteur du Numérique ce qui a pour conséquences des séries de licenciements importants chez les grands acteurs locaux.

Pekin se préoccupe, entre autres, du manque de transparence des algorithmes utilisés par les géants  de la filière quant à l’utilisation des données personnelles. On se rappelle que Alibaba s’est vu imposée une amende colossale de 2,3 M EUR fin 2020 pour abus de position dominante.

Les entreprises de services financiers (fintechs) ainsi que les sociétés de formation et d’apprentissage en ligne (e-learning) sont dans le viseur mais pas seulement : sont concernées les plateformes de ventes en ligne (repas ou biens de consommation), de livraison, les sociétés de VOD ou de streaming type iQiyi (le Netflix chinois). iQiyi aurait licencié 20% de ses effectifs (jusqu’à 40% selon les départements) en un an. Les raisons : pertes importantes des recettes publicitaires et déprogrammations jugées non conforme par l’Etat chinois combinées à un impact de la crise sanitaire sur les tournages.

Aujourd’hui cette régulation est étendue à d’autres secteurs d’activités comme l’éducation (interdiction de participer à des cours particuliers en ligne) ou le gaming (pas de licences délivrés depuis juillet 2021 pour de nouveaux jeux vidéos, limite de temps de jeux pour les enfants etc. ).

Un article du Monde de janvier 2022 indique que 84% des entreprises proposant du soutien scolaire en ligne auraient fermés. La Chine communique sur un accès à tous à l’éducation et impose un tarif commun par l’intermédiaire des autorités locales (tarifs divisés par 2 en un an). Il donne comme exemple la société chinoise New Oriental, fournisseur de services éducatifs en ligne, qui a licencié 60 000 salariés en un semestre.

En parallèle, ByteDance, propriétaire du géant de la vidéo Tiktok, a également renvoyé plus de 1 000 salariés en décembre faisant suite à une série de licenciements en août 2021.

Accédez à la ressource

 

Sources :