Mis à jour le 12/05/2022

Selon la dernière étude de l’Université d’Helsinki, relayée dans l’article de Vegconomist d’avril 2022, les protéines alternatives pourraient permettre des économies d’eau et d’émissions de carbone de ~80% par rapport aux régimes alimentaires européens traditionnels.

Ces protéines alternatives comprennent du varech, des algues, des champignons et des insectes à haute teneur en protéines.

Ainsi, l’agriculture cellulaire pourrait être à l’origine de nouvelles solutions permettant de faire face aux multiples défis en matière d’approvisionnement et de durabilité, exacerbés par le changement climatique et une population croissante.

 

Accédez à la ressource