Mis à jour le 11/05/2020

Le contexte actuel et le confinement vous plongent dans une situation inédite, d’urgence, imposant des changements stratégiques, vous contraignant à une adaptation de vos activités et de votre fonctionnement habituel.
Vous avez tous de multiples interrogations sur différents sujets, quel que soit votre secteur d’activités.

Bretagne Commerce International et Giulio GIAI de la société RAMARK, prestataire agrée de BCI en Italie, accompagné de deux collaboratrices, ont organisé une session de Questions/Réponses, sous forme de webinaire pour vous apporter une aide concrète sur vos problématiques spécifiques.

 

Que faut-il retenir de ce webinaire?

 

Retour de Isabelle Colin – Chargée d’affaires agriculture au sein de BCI

Les secteurs économiques les plus impactés en Italie :

L’Automobile

Les compagnies aériennes (fermeture des frontières donc plus de transport aérien possible momentanément)

Les biens de consommation comme l’habillement, la cosmétique, les meubles, l’électro-ménager.

Quelles sont les mesures de soutien financier mises en place par le gouvernement?

Pour les ménages : délais accordés pour le paiement des impôts, suspension des conditions d’obligation fiscale

Pour les entreprises : enveloppe nationale de 400 Mrd € sera allouée sous forme de prêts

Ex : une PME pourra percevoir 25 000 € remboursable sur une durée max de 6 ans.

Une société de – 499 salariés et -3,2 Mrd CA pourra bénéficier d’un prêt allant jusqu’à 25 % de son CA

Une société de + 499 salariés pourra obtenir un prêt d’un montant max de 5 Mrd €

Phase 2 de la crise : les étapes de la reprise

04 Mai : les entreprises qui étaient à l’arrêt pourront reprendre leur activité, les personnes pourront se déplacer plus librement, notamment les déplacements professionnels dans le pays seront autorisés.

18 Mai : les boutiques fermées pourront ouvrir (commerce de détail, etc…) et les déplacements privés dans les différentes régions du pays seront possibles

01 Juin : le secteur HORECA, les salons de soin esthétiques, coiffeurs, pourront ouvrir.

Comment se porte la filière de la nutrition animale ?

Toute cette filière est impactée indirectement du fait de la baisse des volumes de viande abattue et transformée (perte de marché du fait de la fermeture des restos et cantines) et du fait des problèmes d’approvisionnement en matières premières et de logistique.

Autre secteur agricole impacté : fruits & légumes : d’un côté, la consommation des ménages augmente du fait du confinement (+ 14% pour les fruits et + 24 % pour les légumes)

De l’autre côté, difficulté pour trouver de la main d’œuvre pour les récoltes. 370 000 travailleurs viennent chaque année en Italie en renfort pour les récoltes, + 60 000 travailleurs « non déclarés ». Il faudra attendre l’ouverture des frontières pour que les travailleurs étrangers puissent revenir en Italie.

Le gouvernement a ouvert un portail web pour mettre en relation les travailleurs et les entreprises à la recherche de main d’œuvre.

Concernant la filière lait, porcine et viande bovine?

Surproduction de certains produits laitiers et de viande du fait du manque de débouchés pour certains produits dans le secteur HORECA. Le secteur HORECA représente 36 % de la consommation alimentaire en Italie et environ 20 Mrd de CA.

Donc il est important pour l’économie du pays que ces établissements puissent ouvrir à nouveau.

Certains établissements essayent de tenir en proposant de la vente de plats à emporter.

Les grandes enseignes de supermarchés tentent de faire pression pour baisser les prix.

L’état achètera les surplus agro-alimentaires pour éviter l’effondrement des prix et ces denrées seront distribuées à la population défavorisée.

La consommation de lait dans les foyers a augmenté de 45 % depuis le début du confinement, et + 35 % pour les fromages.

Y aura-t-il plus de risques d’impayés ? ou de rallongement des délais de paiement ?

Les délais de paiement avec le client italien seront à négocier au cas par cas avec son fournisseur.

Clause de « force majeure » dans les contrats :

Ex : retard d’exécution des travaux

Cette clause permet de pérenniser, de sauvegarder le contrat dont les conditions ne seront pas respectées en tous points à cause de la crise sanitaire. Il n’y aura pas de pénalité.

La Chambre de Commerce Internationale acceptera qu’une entreprise invoque cette clause pour justifier certains écarts dans l’exécution du contrat durant la crise, même si elle n’était pas mentionnée au départ.

Concernant le transport et la logistique?

Les Français pourront à nouveau se déplacer en Italie après le 14 Mai sans avoir de période de quarantaine. Ils pourront séjourner 72 h munis d’un justificatif de déplacement (cf site web du gouvernement).

Au 1er juin : ouverture plus large aux touristes.

Pour les relations d’affaires, maintenez le contact avec vos fournisseurs ou clients italiens par téléphone ou visio conférence. C’est plus personnel et plus chaleureux qu’un message écrit type SMS qui ne sont pas très prisés en Italie.

Transport de marchandises :

Pas de contrôles spécifiques hormis les produits « santé »

Transport en commun : quand il sera possible de les emprunter plus librement, obligation du port du masque, respect des distances, …

Enfin, un point sur le droit des salariés et soutien financières aux entreprises?

Le chômage est autorisé pour les entreprises qui feront la demande. Dérogation à tous les secteurs et sur tout le territoire.

90 % du salaire payé par la « Cassa Integrazione »

Normalement le chômage est versé à hauteur de 80 % du salaire pendant 9 semaines. Les entreprises pourront y avoir recours après la crise (pendant 2 ans) en prouvant la baisse d’activité malgré la reprise économique.

Liquidités accordées aux entreprises

Avance remboursable de 1 400 € versé à chaque salarié en fin de contrat qui en ferait la demande.

 

Téléchargez ici l’intégralité de la présentation en PDF

 

Accédez à la fiche de Giulio Giai

Donner votre avis