Mis à jour le 03/08/2020

Avec 1200 Mrd€ de soutien aux entreprises il est fort probable que l’Allemagne fera partie des premières économies à se mettre en ordre de marche.
Comment mettre à profit cette période pour mieux rebondir ?

L’objectif du webinaire organisé en juin dernier était de donner des conseils pratiques aux entreprises bretonnes afin d’adopter la meilleure stratégie pour prospecter, s’adapter, trouver de nouveaux prospects, etc… en cette période post covid :

  • Approfondir ses connaissances du marché
  • Travailler son image et ses supports de communication
  • Compléter son portefeuille de cibles
  • Améliorer son référencement B2B
  • Renforcer son marketing digital
  • Adapter son dispositif commercial : Commercial externalisé ; Recrutement ;
  • Maintenir ses capacités de relation client
  • Budgéter le plan d’action et solliciter les bons leviers financiers
  • Se rapprocher d’un acteur local pour se renforcer

 Que faut-il retenir de ce webinaire?

 

Retour de Isabelle Colin – Chargée d’affaires agriculture

Rappel du contexte économique:

-Allemagne  1ère économie européenne, 4ème mondiale

-4 % chômage = situation de quasi plein emploi

-Poids fort de l’industrie, dans son économie

-Image high tech et haut de gamme

-R&D (cf les centres Frauenhoffer de recherche appliquée dans différents domaines)

-La France = 2ème client et 4 ème fournisseur (après USA et NL)

L’état Allemand va injecter 1 200 Mrds EUR dans son économie pour soutenir ses entreprises.

Ce sera l’un des marchés à reprendre le plus vite.

Conseils aux entreprises bretonnes :

-Approfondir la connaissance du marché allemand dans son secteur d’activité

(quels sont les acteurs locaux, concurrents internationaux, gamme de produits, prix proposés, quelles régions en Allemagne sont à prioriser, consulter les sites des fédérations professionnelles qui correspondent au secteur d’activité (N.B : adhésion possible à une fédération pro si antenne ou bureau de la société BZH ouvert en Allemagne. Consultation possible avec ces fédé quand la société BZH a déjà un pied sur le marché allemand)

-Travailler son image : traduction des supports de com’ en Allemand, s’appuyer sur un partenaire en Allemagne pour la prospection, ..

-Optimiser son référencement : s’inscrire sur le site wlw.de de préférence en indiquant une adresse d’antenne locale en Allemagne. Coût : 2 500 € par an

Marketing digital : www.aab-marketing.com et réseaux sociaux

-Adapter son développement à la crise

Cibler les marchés prioritaires : consolider ses positions auprès des clients et prospects déjà connus, avant de lancer une prospection plus large

Penser à la solution d’un commercial à temps partagé (cf équipe d’Antoine Chardin qui a des équipes dédiées par secteur : industrie & mécanique, électronique, biens de conso. Avantages : avoir l’interface d’un Allemand et moins cher qu’un salarié allemand à plein temps.

Présentations d’études de cas réalisées par l’équipe d’Antoine Chardin

Agroalimentaire : succès de la prospection grâce à une analyse fine du marché (concurrence, prix, circuits de distributions)

Etude de cas Industrie :

Antoine a aidé une entreprise qui fabrique des machines à encapsuler pour l’agro alimentaire à se diversifier en Allemagne dans différents secteurs et en structurant l’offre.

Il est important même en cette période de crise de maintenir la gestion client : ne pas relâcher les dispositifs de suivi clients : comptabilité, ADV, commercial, SAV…

Il faut planifier et budgéter le plan d’actions :

-Phase préparatoire

-Phase d’accélération

-Phase de développement

-Phase de consolidation

Une alternative pour l’implantation en Allemagne peut se réaliser par croissance externe : prise de participation dans des entreprises familiales dont le dirigeant est proche de la retraite et qui ne trouvent pas de successeurs.

En exemple, présentation d’une étude de cas d’une société française qui est dans le traitement de surfaces et qui a trouvé une opportunité de prise de participation dans une entreprise allemande avec le maintien pendant 8 ans du dirigeant allemand.

Donner votre avis