Mis à jour le 23/10/2020

A la mi-mars, FranceAgriMer a mis à disposition des outils, son site internet jusqu’au mois de juin puis  via la lettre d’information de la Commission internationale, pour répondre aux besoins d’informations des filières agricoles et agroalimentaires : problématiques conjoncturelles en période de confinement puis veille par zones géographiques en début de crise.

La lettre d’information du mois d’octobre 2020 propose une veille géographique détaillée par zone et donne des éléments sur le Royaume-Uni et le contexte Brexit :

Un webinaire DGDDI / DGAL « Franchissons le Brexit ensemble » s’est tenu mercredi 23 septembre.

Au 1er Janvier 2021, le Brexit entre effectivement en application et le Royaume-Uni quitte l’Union européenne. Des certificats sanitaires et phytosanitaires seront nécessaires pour les produits agricoles et agroalimentaires « à haut risque » à partir de cette date puis pour tous les autres produits réglementés à partir du 1er avril. Les modalités de contrôles prévus à la nouvelle « frontière intelligente » seront basées sur l’anticipation des formalités douanières à l’import comme à l’export. Les supports de présentation du webinaire sont disponibles sur ce lien.

 

Les distributeurs alertent sur la hausse du prix des denrées alimentaires en cas d’absence d’accord. Selon le British retail consortium (BRC), les supermarchés et les consommateurs devraient faire face à jusqu’à 1,3 Md GBP par an de droits de douanes supplémentaires sur l’alimentation et les boissons. 85% des denrées alimentaires importées depuis l’UE seraient soumises à des droits de douanes de plus de 5% (les plus marquants étant 57% pour le cheddar, 48% sur le bœuf haché, 16% pour les concombres, 10% pour la laitue).

Le gouvernement a tempéré ces déclarations en soulignant que les taux de change pourraient jouer un rôle plus important dans l’influence des prix sur le marché britannique.

 

Les Lords amendent l’Agriculture Bill contre les importations ne respectant pas les normes britanniques.

Le 22 septembre, lors de l’examen de l’Agriculture Bill, les Lords ont adopté à une large majorité, et contre l’avis du gouvernement, un amendement qui exige que les importations agricoles et alimentaires répondent aux normes nationales. Un autre amendement, soutenu par la national Farmers’Union, a été adopté pour renforcer le pouvoir de la commission « Trade and Agriculture » en lui permettant de fournir au Parlement un avis sur l’impact de chaque futur accord commercial sur les normes alimentaires et agricoles britanniques.

Les professionnels agricoles ont salué les votes des Lords, mais craignent que la chambre des Communes, où le gouvernement dispose d’une majorité importante, ne revienne sur ces amendements.

 

Accédez ici à la totalité de la lettre – octobre 2020

 

FranceAgriMer – accès ici à toutes les lettres de la Commission Internationale 

 

 

Donner votre avis