Mis à jour le 11/05/2020

Le contexte actuel et le confinement vous plongent dans une situation inédite, d’urgence, imposant des changements stratégiques, vous contraignant à une adaptation de vos activités et de votre fonctionnement habituel.
Vous avez tous de multiples interrogations sur différents sujets, quel que soit votre secteur d’activités.

Bretagne Commerce International et Raphaël Tirat, de la société EXPANDYS , prestataire agrée de BCI au Royaume-Uni , accompagné de deux experts locaux, ont organisé une session de Questions/Réponses, sous forme de webinaire pour vous apporter une aide concrète sur vos problématiques spécifiques.

 Que faut-il retenir de ce webinaire?

 

Retour de Annie Mugnier – Conseillère en Développement International

Etat des lieux

Comme en France ‘STAY AT HOME’, mais il n’y a pas d’attestation à fournir pour se déplacer.

D’un point de vue économique le confinement ‘lockdown’ a commencé le 23 mars

A ce stade, on note une baisse de 5% sur le commerce de détail, mais on s’attend à une baisse plus importante sur le bilan du mois d’avril.

A noter, les ventes en ligne ‘online’ ont augmenté de 8%. Des enseignes déjà fragilisées par la concurrence de la vente en ligne ont annoncé un dépôt de bilan (Debenham, LK Bennett, …)

Point sur les aides financières aux entreprises par le gouvernement britannique

En termes d’aides financières aux entreprises, des prêts et des subventions ont très rapidement été débloqués par le gouvernement britannique.

Pour mémoire, liste non exhaustive : une subvention aux petites entreprises ‘Small business grant’, une suspension de paiement des taxes professionnelles ‘Business rate holiday’, une indemnité de chômage aux salariés ‘Coronavirus retention scheme’ (déjà versée la semaine dernière). Le principe de cette indemnité : le gouvernement verse 80% du salaire à l’employeur qui paiera son salarié.

Les entrepreneurs indépendants (soit environ 6 millions de personnes) bénéficient également d’une subvention. Le principe : le gouvernement calcule un salaire moyen sur les bénéfices commerciaux des trois dernières années.

D’un point de vue ‘social’, 950 000 personnes ont déposé une demande d’aide (type allocations familiales en France).

A retenir sur ce point Prêts – Subventions – Aides sociales

Selon notre prestataire : le gouvernement britannique ‘a ouvert les vannes’, ce qui n’est pas habituel au RU. Valeur estimée mesures gouvernementales : 350 milliards £.

L’impact économique de cette crise pour le Royaume-Uni

Un rappel : malgré le contexte du Brexit, le pays avait des finances saines et un taux de chômage avant la crise de 3,5 à 3,8 %. Le FMI prévoit moins 6,5% du PIB pour 2020.

A noter aussi : le RU est un pays fort importateur de biens. Dans le focus agro alimentaire de ce webinar, notre prestataire indique notamment que le RU importe 40 % des produits alimentaires consommés.

Focus alimentaire : baisse des prix de la viande en raison de la surproduction, baisse de la consommation et des achats RHF/Horeca/Food Service. Les achats de la GMS n’ont pas compensé les pertes. Notre prestataire conseille de consulter les notes et études du NFU – National Farmers Union pour le secteur agro et agri.

La tendance du consommateur UK : acheter en local. Mais ceci est valable pour la viande par exemple mais pas pour les légumes (appro insuffisant en national).

A retenir : le Royaume-Uni ‘pourrait’ après cette crise sanitaire repenser ses relations commerciales en approvisionnement.

Peut-être plus de prudence sur le sourcing dans pays tiers lointains (dit ‘sourcing off shore’) au profit du sourcing plus proche en zone euro (dit ‘sourcing near shore’)

A noter : un intérêt pour les entreprises bretonnes du fait de notre position géographique proche et une logistique bien rodée.

De même, en raison de la politique d’immigration choisie adoptée par le Royaume-Uni, le secteur agricole et le secteur industriel font face à un problème de main-d’œuvre. (des vols spéciaux de saisonniers ont été organisés pour y pallier). Le contexte de la crise sanitaire accentue ce problème de main d’œuvre.

A noter : à une réflexion accrue sur les besoins des entreprises en automatisation, digitalisation, développement durable, formation à distance…

Focus Brexit

Notre prestataire indique que les media évoquent peu le Brexit actuellement.

Toutefois, les rumeurs indiqueraient que le gouvernement britannique pourrait saisir l’opportunité de cette crise sanitaire pour demander une prolongation de la période de transition. La date butoir pour décider d’un report est fixée au 30 juin.

A retenir : à ce stade, les pays de l’Union Européenne souhaitent une négociation globale pour définir les règles (libre échange = pas de droits et taxes, pas de quotas, pas de dumping) vs le RU qui souhaite discuter au cas par cas.

Une question d’un participant portait sur l’utilisation de l’outil TRACES pour les flux export et import de produits alimentaires de/vers France-RU. A ce stade, des informations sont parues sur le site GOV.UK. (Nous avons précisé que des réunions d’information seraient organisées par BCI en partenariat avec la DGAL-DRAAF Bretagne dès parution des informations officielles des autorités françaises).

Accédez à la fiche de Raphaël Tirat

Donner votre avis