Mis à jour le 21/10/2020

Selon l’ACEA, l’Association des constructeurs européens, une sortie sans accord du Royaume-Uni équivaudrait à une facture de 110 Mds d’€ sur les 5 prochaines années. Montant principalement dû aux frais de douane qui s’appliqueront dans le cas où le Royaume-Uni prendrait le statut d’un pays tiers dans les échanges avec les 27.

10% de frais de douanes pour les voitures et jusqu’à 22% pour les vans et camions. Les équipementiers et fournisseurs seront également directement impactés par ces frais supplémentaires.

Dans le communiqué de l’ACEA, les constructeurs automobiles demandent aux négociateurs de trouver « urgemment un accord de libre-échange avant la fin de la période de transition », fixée au 31 décembre 2020.   En juin dernier, le constructeur japonais Nissan laissait entendre qu’un « no deal » remettrait en cause la poursuite de la fabrication du modèle SUV Qashqai dans son usine de Sunderland, qui deviendrait « non-viable ». Et avant cela en mars, le Président de PSA Carlos Tavares avait également fait le lien entre un marché de libre-échange et la viabilité de ses usines au Royaume-Uni. Erik-Mark Huitema, Directeur Général de l’ACEA a déclaré : « Nous devons absolument obtenir un accord commercial, sinon notre secteur sera durement frappé par un second coup dur. »

Déjà très impacté par la crise sanitaire du coronavirus, le secteur automobile dans l’UE enregistre une baisse de la production de près de 4 millions de véhicules représentant une valeur de 122 Mds d’€. Les prévisions montrent une baisse historique de -25% pour les nouvelles immatriculations en 2020.

Dans un communiqué du 20 octobre 2020, Michael Manley, PDG de Fiat Chrysler et Président de l’ACEA, déclarait que « la pandémie de Covid-19 est le plus grand risque jamais rencontré par le secteur automobile. Nous devons de toute urgence trouver les moyens pour surmonter cette crise et garder le défi climatique comme objectif.» Afin de développer les zones de rechargement pour les véhicules électriques, il appelle les gouvernements européens à investir dans ce sens en intégrant cette partie dans leurs plans de relance nationaux.

Accédez à la ressource

Les chiffres de l’industrie automobile en Europe :

  • 14,6 millions d’emplois représentant 6,7% du total en Europe
  • Excédent commercial de 74 Mds d’€
  • Chiffre d’affaires du secteur représente 7% du PIB de l’UE
  • 9 Mds d€ investis dans la R&D, soit 29% des dépenses européennes liées à l’innovation

Donner votre avis