Mis à jour le 07/02/2019

Pour faire face aux concurrents asiatiques et russes, la filière européenne doit se structurer :

en Chine, CSSC (CA : ~ 10 Mds€) devrait dépasser les 2 leaders mondiaux américains General Dynamics et Huntington Ingalls, tandis que le leader russe OSK (CA visé 2020 : 7 à 8 Mds€) vise la 2e place mondial d’ici 2020 et souhaite se développer fortement à l’export.

 

Naval Group et Fincantieri se rapprochent

Durant l’Euronaval, Naval Group et Fincantieri ont suggéré leur rapprochement en installant leurs stands l’un à côté de l’autre, et surtout en annonçant une alliance dans le domaine militaire via un accord de JV. Cette JV est destinée à la préparation d’offres communes de programmes binationaux et, sur les marchés export, au déploiement d’une politique d’achat partagée, au développement d’une R&D conjointe et à la fertilisation croisée, notamment via le partage de centres et de moyens d’essais. L’objectif de cet accord étant de constituer un champion européen qui résistera aux acteurs asiatiques, américains et russes, d’autres alliances pourraient être passées avec des Européens (…)

 

La Bretagne structure sa filière

 En décembre, Bretagne Pôle Naval a organisé l’événement Business Pro, une journée dédiée aux filières navales et aéronautiques, en partenariat avec le cluster IEF Aero et Bretagne Commerce International. L’objectif était de rassembler les industriels des filières navales, EMR, Oil&Gas et aéronautique autour de tables rondes, de rendez-vous B2B et d’ateliers, afin d’identifier les complémentarités entre les filières, via des projets à forte valeur joutée. Lors de la 1ère table ronde, les intervenants ont abordé les propulsions hydrogènes, les EMR, les foils et les nouveaux concepts de barges pour le traitement des eaux de ballasts (…)

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis