Mis à jour le 20/10/2020

Au Maroc, le secteur de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie est peu structuré avec une part importante sur l’informel.

Cette filière est certes dynamique, mais toujours à la recherche du bon modèle de développement.

Le pain tient une place prédominante dans l’alimentation marocaine.

Le pays compte 14.000 boulangeries-pâtisseries. 40% des commerces sont situés dans les provinces du Sud.

Les pâtisseries connaissent un véritable succès car les professionnels sont à la pointe de l’innovation et de la création.

Les marocains sont très attachés aux traditions, c’est pourquoi la fabrication artisanale est plus importante que la boulangerie industrielle, contrairement à l’Europe.

Le métier de boulanger artisanal est en pleine mutation, il se modernise et doit s’adapter en permanence face à l’émergence des boulangeries industrielles.

Le contrat-programme État-Boulangeries-Pâtisseries de 2011-2015 n’a pas atteint les objectifs de modernisation de l’activité.

Suite à l’étude de Bfive Consulting, un nouveau plan de développement pour ce secteur a pu être élaboré en 2018.

Un nouveau contrat programme a été signé en avril 2017 ciblant 7 filières agroalimentaires à fort potentiel de croissance. L’objectif est de relancer la position du secteur agroalimentaire et sa compétitivité par un investissement global de 107 Md EUR d’ici 2021.

Vous trouverez dans cette étude les éléments suivants :

  • Les chiffres clés
  • La réglementation
  • Les types de pains, pâtisseries et viennoiseries consommés
  • Les acteurs clés

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis