Mis à jour le 12/06/2018

La filière laitière marocaine fait face à une surproduction en 2017, tendance qui devrait se poursuivre. Les industriels se tournent vers l’export pour écouler leurs stocks d’invendus en poudre de lait. 5 usines produisent entre 18 et 20 kT/an de poudre de lait, mais la Fédération dénonce la concurrence des opérateurs internationaux, dont celle des pays avec lesquels le Maroc a conclu des ALE. La Fimalait veut mettre en place un plan de préservation des équilibres économiques de la filière via des mesures sur la promotion de la consommation locale ou l’amélioration de la qualité.

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis