Industrie-automobile-et-mobilite-image

Industrie, automobile et mobilité

En 2016, le chiffre d’affaires du secteur industriel en Bretagne a crû de 1,1% (identique à 2015), mais malgré une légère embellie en 2015 (0,4%), les effectifs sont repartis à la baisse (0,1%).

Pour 2017, l’industrie bretonne prévoit une franche accélération du chiffre d’affaires

(+7,5%) qui devrait permettre de dynamiser les embauches (+1,5%). Les exportations des entreprises bretonnes en 2016, en décalage avec des prévisions plutôt optimistes, n’ont progressé que de 0,2%, une croissance de 6,9% est attendue en 2017. L’Allemagne, le Royaume-Uni, les USA et l’Asie du Sud-Est restent comme en 2016 les principaux clients en Europe et dans le reste du monde. A noter que pour le moment, le Brexit n’a pas eu d’impact significatif sur l’industrie bretonne.

Filière aéronautique

La Bretagne, même si elle est moins dynamique que d’autres régions françaises, dispose de sous-traitants performants.

Le marché national en plein essor, grâce à l’important carnet de commandes d’Airbus, a permis à ces acteurs locaux de réaliser une très bonne année 2016. Les perspectives 2017 sont également très bonnes et les références acquises sur le marché national vont permettre de se positionner chez les constructeurs et les équipementiers étrangers (Espagne, Allemagne, Russie). Un pavillon Bretagne de 250 m2 sur le salon du Bourget qui s’est déroulé en juin 2017 a permis de fédérer 23 sociétés et de proposer une offre diversifiée sur ce secteur très porteur.

Filière automobile

Les bons chiffres de ventes d’automobiles en France ont permis aux sous-traitants bretons, produisant principalement des pièces pour les usines d’assemblages françaises, d’améliorer leur chiffre d’affaires. Un relai de croissance a été trouvé pour certaines, soit en diversifiant leurs activités soit en se positionnant sur de nouveaux marchés porteurs (Chine, Inde par exemple).

La sortie de nombreux véhicules électriques en 2015 n’a pas provoqué l’embellie attendue. Le futur de PSA Rennes et les nouveaux véhicules qui y seront fabriqués, conditionneront en grande partie l’avenir des sous-traitants bretons du secteur. En parallèle de cette industrie dite « traditionnelle », les nombreux projets nationaux et internationaux autour des questions liées à la mobilité devraient permettre la création durable d’une nouvelle filière où de nouveaux acteurs locaux auront toute leur place.

Filière oil & gas

Peu de société bretonnes sont spécialisées à 100% dans l’oil & gas, mais certaines (principalement issues du naval) y réalisent une part non négligeable de leur activité. Le cours actuel du pétrole limite fortement les investissements des majors.

Cependant, les sociétés capables d’apporter des solutions techniques performantes et surtout économiques sont susceptibles de se positionner malgré le climat morose. La mission de prospection BCI auprès des opérateurs pétroliers et parapétroliers réalisées fin 2015 au Gabon, Cameroun et Congo, a permis à la majorité des 10 entreprises participantes de nouer ou de renouer des contacts avec les donneurs d’ordres et de décrocher des commandes.