Mis à jour le 14/03/2019

De grandes manifestations en Algérie ont suivi l’annonce officielle de la décision du Président Bouteflika de se représenter aux élections présidentielles d’avril prochain. En dépit de conditions financières extérieures toujours solides, des facteurs tant économiques que politiques laissent entrevoir un risque de dépréciation de la monnaie et de volatilité de l’activité économique en 2019-2020.

La possibilité de tensions incontrôlées et de violence politique ne peut être écartée, même si l’appareil politique algérien complexe (et opaque) devrait être en mesure d’absorber les tensions à court terme.

 

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.

Donner votre avis