Mis à jour le 11/01/2022

Après 4 ans à la hausse, les exportations directes d’animaux vivants avaient nettement accéléré en 2020 (+ 29 %), tirées par le porc en vif.

Si le secteur marque un ralentissement en 2021, c’est donc à pondérer à l’aune de la croissance nette réalisée depuis 2019 face à la crise.

De nombreux débouchés confirment leur demande pour l’élevage breton, qui tend à avoir conforté ses parts de marché en conséquence.

 

Infographies:

Évolutions observées au sein du Top 5 des clients de l’élevage breton

Évolutions des échanges trimestriels bretons dans l’élevage entre 2017 et 2021

Envie de lire la suite ?

L’intégralité de ce contenu est disponible pour tous les adhérents de Bretagne Commerce International.

Si vous êtes déjà adhérent, connectez-vous pour profiter de l’ensemble de cet article.