Mis à jour le 24/05/2019

Le 12 mars dernier, le ministère du Commerce algérien a publié un communiqué à l’attention des opérateurs économiques indiquant qu’ils étaient désormais autorisés à réaliser des opérations de mise en conformité de l’étiquetage en arabe dans des établissements spécialisés ou dans leurs propres locaux ou encore au niveau des zones sous douane, conformément à la législation en vigueur.

A ce titre, “l’opérateur procède à l’étiquetage des mentions obligatoires, en langue arabe sur une surface libre de l’emballage du produit et ce par un procédé admis en la matière, de manière visible, lisible et indélébile”.

Les produits de consommation finale alimentaires et non alimentaires, feront l’objet d’admission conditionnelle aux frontières, pour une mise en conformité de l’étiquetage.

Initialement, les produits importés devaient être étiquetés en arabe avant leur admission sur le territoire algérien. Avec ce communiqué du ministère, il est possible désormais de faire admettre des produits sur le sol algérien et de les étiqueter par la suite moyennant un engagement de l’opérateur. Aussi, l’étiquetage en arabe reste obligatoire (soit à la charge de l’exportateur avant expédition soit à celle de l’importateur à la réception).

Donner votre avis