Mis à jour le 21/10/2020

Raphaël Tirat, de la société Expandys, et prestataire agréé de BCI au Royaume-Uni , fait un point sur le plan de soutien aux entreprises britanniques, nous présente les opportunités sectorielles dans le pays et évoque le Brexit.

En ce mois d’Octobre, le gouvernement britannique essaie de trouver le bon équilibre entre soutien à l’économie et mesures visant à réduire le taux d’infection. Des mesures régionales de restrictions sont prises, selon 3 niveaux, en Angleterre.  Au global la nouvelle normalité vise à garder les écoles ouvertes, ainsi que les usines, les transports, les magasins. Les cols blancs eux sont  invités à travailler de chez eux, et la vie sociale reste encadrée avec par exemple la fermeture des pubs et restaurants à 22h dès le deuxième niveau.

 

Coté mesures financières de soutien aux acteurs économiques, le gouvernement a introduit des mesures inédites dans ce pays a l’économie plutôt libérale. Un programme appelé Job Retention Scheme ou « Furlough » a permis au gouvernement de payer une grande partie du salaire des employés n’ayant plus d’activité du fait du confinement. Il est en place depuis Mars jusqu’à fin Octobre. Nous savons maintenant qu’il sera remplacé le 1er Novembre par un nouveau schéma qui s’apparente assez au chômage partiel en France. De multiples autres mesures ont été mises en place, prêts garantis par l’état, report de taxes, subventions aux petites entreprises, aides aux travailleurs indépendants, etc…

En termes de croissance, à fin Aout, le Royaume-Uni avait rattrapé la moitié de la chute du PIB lié au confinement de Mars-Avril.

 

Pour 2020 au Royaume-Uni, 2 secteurs sont parmi les plus protégés et continuent à dégager de nombreuses opportunités : l’agro-alimentaire et la santé. Dans l’agro-alimentaire, le Royaume-Uni importe toujours plus de la moitié de ce que la population consomme. Dans la santé, le niveau des investissements notamment publics a littéralement explosé après dix années d’austérité (2009-2019).

D’autre part, le secteur britannique des ventes en ligne, déjà le 3eme au monde avant le début de la crise, s’est encore renforcé depuis, avec des acteurs de plus en plus puissants. Plus largement des opportunités à venir dans le secteur de la distribution/ventes au détail qui va connaitre des évolutions importantes. Egalement des opportunités importantes dans le secteur des nouvelles technologies et ICT puisque le Royaume-Uni continue de combiner la présence d’universités de renom / des investissements élevés en R&D, un accès au capital via la 2eme place financière au monde, et un marché local de consommateurs très avides de ces nouvelles solutions.

De nombreux projets également à venir dans le secteur de la construction, notamment résidentielle car le pays manque toujours de logements, ainsi que dans les infrastructures. La transition énergétique du pays est également lancée et procure de nouvelles opportunités.

En prévision de la sortie du Royaume-Uni du marché unique le 31 décembre 2020, nous voyons une recrudescence de projets structurants de la part d’entreprises internationales exportant leurs produits au UK et qui font le choix soit de s’implanter localement, soit de procéder à des acquisitions / partenariats capitalistiques. En effet elles considèrent très justement que même après la sortie du marché unique, le pays sera toujours l’un des principaux marchés en Europe.

Accédez à la fiche de Raphaël Tirat 

Donner votre avis