Mis à jour le 13/11/2020

Jean Girard de la société BPO Solver, prestataire agréé de BCI en Argentine, nous propose un état des lieux de la situation en Argentine après 8 mois de confinement.

Le 19 mars 2020, le président Fernández annonçait la mise en place d’un confinement qui devait durer 15 jours et qui a finalement duré 8 mois.

OUI, 8 mois de confinement pur et dur où :
– Seuls les travailleurs des activités dites essentielles avaient le droit de circuler
– Transports en commun réservés aux travailleurs des activités dites essentielles
– Les écoles et universités sont restées fermées
– Les frontières sont restées fermées, vols de cabotages annulés
– Restaurants, bars, hôtels, théâtres, … fermés et réunions sociales interdites
– Sorties de chez soi limitées à un rayon de 500m, et à quelques heures par semaine.

Dans les 2 derniers mois certaines mesures ont été assouplies :

– Selon les états/villes et situation de la pandémie dans ces derniers.
– Ouvertures de certains commerces afin de ne pas terminer de les asphyxier.
– Les vols de cabotages ont partiellement repris.
Évidemment, il y avait aussi un ras-le-bol de la société et dernièrement beaucoup de gens ne respectaient plus la loi.

Vendredi 7 novembre 2020, le président Argentin a donc décrété la fin du confinement, période rebaptisée ASPO (en français : Isolement Social, Préventif et Obligatoire), et on est passé à une période dite de DISPO (en français : Eloignement Social, Préventif et Obligatoire).

Qu’est ce qui a changé ? Tout et rien.

Le principal changement réside dans le fait que l’on peut maintenant circuler librement ce qui, dans les faits, ne fait que blanchir une situation où beaucoup ne respectaient plus l’interdiction.

Accédez ici à la totalité de la note

Accédez à la fiche de Jean Girard

Donner votre avis