Mis à jour le 13/01/2021

Thierry Casetou, prestataire agréé de BCI en Allemagne, nous propose une photographie de la situation liée au coronavirus en Allemagne.

Quelle est la situation en Allemagne face à la pandémie  ?

  • Chiffres actuels officiels au 06 août : environ 214 000 cas dont environ 194 000 considérés comme guéris (séquelles très diverses) et 9175 décès.
  • Au 06 août, plus de 1000 personnes infectées en 24h
  • Répartition géographique: des foyers d’infection conséquents apparaissent encore dans l’agro-alimentaire (motifs: logements de travailleurs saisonniers et conditions de travail), dans des lieux de festivité et dans des lieux de culte. Chacun des foyers regroupe quelques dizaines à quelques centaines de cas.
  • L’inquiétude est de nouveau présente quant au retour des touristes de l’étranger et à la rentrée scolaire déjà là pour les élèves des régions du nord tandis que les Länder du sud entament leurs vacances.
  • Inquiétude également du fait de la récupération politique du Covid-19 par l’extrême droite qui encourage à manifester contre les mesures de précaution imposées.
  • Espoirs de vaccin d’origine allemande ou partiellement allemande (certaines PME de pointe se sont alliées à de grands groupes étrangers)
  • Le secteur allemand de la santé a eu le mérite de préserver de nombreuses vies. On le dit mieux préparer pour une seconde vague.

Quelle est l’incidence du Covid-19 sur l’économie du pays ?

  • L’Allemagne a également été fortement touchée côté importations par la rupture de chaines de livraisons.
  • Le premier exportateur européen a encore du mal à retrouver son niveau de commandes.
  • Le PIB a perdu -10,1% au second trimestre 2020 par rapport au premier trimestre, et -11,7% au second trimestre 2020 par rapport au second trimestre de 2019. Pour comparaison, au second trimestre 2009, le PIB avait reculé de quelque 7,9% ce qui montre l’importance de l’impact actuel.
  • Tous les secteurs et toutes les entreprises ne sont pas concernées au même niveau. PME familiale ou grandes entreprises, il n’y a pas de règle générale. Quelques exemples :
    • l’automobile souvent citée par son importance dans l’économie allemande : constructeurs et fournisseurs sous pression très importante car déjà en phase de réorientation forcée avant le Covid-19, tant pour remplacer le diesel que pour l’électrique en retard et autres digitalisations. La baisse de la TVA de 3% limitée au second semestre 2020 aide le secteur.
    • machines-outils : -16% de chiffre d’affaires au 1er semestre 2020 par rapport à 2019. Entrées de commandes de -31% en juin 2020 comparé à juin 2019, motif principal étant l’étranger en crise. Ce secteur occupe encore plus d’un million de personnes en Allemagne.
    • secteur chimie/ pharma: se maintient en fonction des spécialités
    • BTP : idem avec même une augmentation + 4,8% dans la construction au second trimestre. Ici une importante différence avec la France vu les efforts engagés depuis de plus longues années dans la transition énergétique.
    • tourisme : on redécouvre son propre pays. Notamment côte Baltique et Forêt Noire à l’honneur mais les professionnels du tourisme souffrent comme ailleurs en Europe. A voir l’impact sur la Bretagne en 2021. La région est accessible en voiture (si craintes maintenues dans les transports en commun) et peut récupérer des voyageurs dérangés par le BREXIT.
    • transports : pour les biens, on retrouve un parallélisme avec le PIB. Concernant le transport de passagers, l’aérien comme le maritime (croisières notamment) les secteurs enregistrent des pertes substantielles. Les chemins de fer allemands (dont la privatisation avait été empêchée par la crise de 2008) a changer de cap stratégique, passant de l’optimisation des résultats en vue de privatiser, à un programme ambitieux d’investissements. La Covid-19 trouble les plans de financement mais le gouvernement s’est engagé à soutenir les investissements favorables au climat.
    • Secteur financier : le secteur bancaire proprement dit résiste mieux qu’en 2008 mais WIRECARD (solutions IT/banque avec activités partagées entre Europe et Asie) a pu échapper à l’autorité allemande de surveillance des banques BaFin  et tromper la vigilance du cabinet d’expertise comptable. WIRECARD avait pris la place de la Commerzbank au sein du DAX à Francfort et envisagé de prendre le contrôle de la Deutsche Bank. Forte pertes des investisseurs et longs procès prévus. Ce scandale créent des remous divers dans la sphère des finances mais également au niveau du gouvernement et de la chancelière qui avait soutenu la promotion de WIRECARD lors d’un déplacement à Pékin.
    • Les négociants et producteurs de viandes vont subir une réglementation plus sévère.

A noter que de nombreuses faillites sont prévisibles à l’automne. Cela dépendra si la reprise se confirme ou pas. Des cas de fusions et acquisitions en hausse sont aussi probables.

Et quelques exemples positifs :

  • La sté. GUTEX (déjà connue en France pour ses isolants à fibre de bois) annonce investir 100 M EUR et créer 120 emplois. La nouvelle usine près de Fribourg doit fonctionner sans émission de CO2.
  • Après Tesla en Brandebourg, Volkswagen a lancé la construction d’une usine de voitures électriques près de la frontière néerlandaise.

Et sur plan social ?

  • La mise au chômage partielle plutôt que les licenciements avait montré ses atouts en 2008. C’est encore le cas. Dans un pays qui connait des difficultés de recrutement de personnels qualifiés, c’est une des mesures pour conserver du savoir-faire.
  • Taux de chômage juillet 2020: 6,3 % (5,0% en juillet 2019) . L’augmentation du chômage s’est ralentie de juin à juillet ( + 0,1) par rapport à la forte croissance de mars à mai.
  • Nombre de chômeurs: 2, 9 millions.
  • La baisse de la TVA de 3% limitée au second semestre 2020, peut également encourager à des achats d’équipements ou rénovations.

Différentes mesures viennent s’ajouter en soutien. Les socio-démocrates ont pu notamment faire accepter leur projet de retraite minimum, pomme de discorde dans la coalition gouvernementale avant la crise du Covid-19.

Le plan de relance

Rappelons la structure fédérale : les aides de Berlin sont redistribuées aux Länder et partiellement aux autres structures intermédiaires jusqu’aux communes. Il est conseillé de se renseigner en fonction des cibles sectorielles et géographiques au sein de l’Allemagne ou de la localisation des partenaires allemands.

Quelques informations sur le BREXIT

Comme mis en sommeil par rapport au Covid-19, il va revenir avec des besoins de repositionnement. Peut-être un potentiel de récupération de certaines activités par les Français? Offres de logistique vers l’Irlande? J’ai constaté que des productions de médicaments ont été transférées vers la Belgique.

Calendrier allemand

Les élections législatives (Bundestag) et renouvellement à la chancellerie (succession à Mme Merkel) sont certes à la rentrée de 2021 mais les candidats se positionnent.

Un des prétendants, M. Merz (financier et principal ennemi de Mme Merkel au sein de la CDU) n’a joué aucun rôle durant la première phase épidémique. On le considère comme perdu.

Le président de l’Etat libre de Bavière, Dr. Söder du parti frère CSU, a inversement accompli un travail jugé de qualité. Les sondages lui sont favorables. Dernière étape: attendre que la CDU fasse appel à lui comme recours.

A ce jour l’avenir politique de l’Allemagne serait de nouveau un énième renouvellement de coalition conservateurs/social-démocrates ou bien une coalition conservateurs/écologistes.

 

Accédez ici à la fiche de Thierry Casetou

 

Vos avis (1)

Donner votre avis